On ne Tire pas sur une Ambulance…

U20

Le Président Jovenel Moise souffre plus qu’il ne le dit ou qu’il le laisse paraître ; il faut le suivre dans ses discours, dans ses prises de position pour le comprendre. Il suit une logique ; peut-être couverte par le vacarme des intérêts, mais pour combien de temps ?

Lors de la cérémonie émouvante de remise du drapeau national aux jeunes grenadières de la sélection nationale U-20 vendredi dernier, le président de la République, son excellence M. Jovenel Moise a mis à jour sa doctrine à travers une parabole.

Déjà, il avait prévenu les opportunistes pendant sa campagne en réponse à une question sur l’intérêt des nombreux donateurs. « Je n’ai de dette envers personne ; les sponsors investissent dans un projet, une vision à travers un homme, pour le bien du peuple ; leurs récompenses se matérialiseront dans les projets sociaux, dans un climat de paix propice aux investissements », avait-il lâché.

Lors de cette cérémonie, le Président de la République s’est comparée aux joueuses des U-20 : « Lorsque j’ai été choisi comme candidat du PHTK, les gens pour la plupart m’avaient diminué, ridiculisé ; ils avaient passé en dérision le petit ‘’Nègre’’ que je suis’’ ; et pourtant je suis élu Président…

Vous aussi, ne vous laissez pas intimider par les autres équipes, vous êtes Haïti, vous n’avez pas volé, ni acheté votre place, vous pouvez vous aussi briller ; vivez vos rêves.

Ce message dirigé, passe en revue toutes les luttes de classe, toutes les revendications sociales, toutes les interrogations de notre cheminement de peuple.

Et pour finir, le Président Jovenel Moise a envoyé un message fort : « Il est temps d’en finir avec cette Haïti d’hommes d’un coté et de chose d’un autre ». Un discours aux relents de rébellion contre un système pourri jusqu’à l’os ; mais qui veut vraiment d’un véritable changement dans ce pays ?

Entre les contrebandiers, les bandits à cravate ou de grand chemin, les dénonciations, les accusations, les partisans du statu quo… dans le vacarme, personne ne s’étonne même si au su et au vu de tous, l’ambulance nationale est prise pour cible.

« Encourager le statu quo, équivaut à tirer sur une ambulance »…

À l’intérieur de l’ambiance se trouve notre mère Haïti en agonie; le chauffeur de l’ambulance se nomme Jovenel Moise. Selon plus d’un il ne prend pas la route de l’hôpital mais du cimetière…

Raphaël Théoma Daniel
Sur Radio Galaxie tous les jours
7h-10h AM
1h-2h PM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s