Elites Délinquantes et Méchantes…

jovenel-et-biznisQue peuvent espérer les ‘’Restavek’’ du quotidien d’une élite délinquante dans un pays ? La question ne se pose même plus : Rien.

Le président Jovenel Moise est entrain d’en faire l’amère expérience ; dans ses premiers jours, on se rappelle de ses sorties fracassantes; il avait déclaré la guerre contre une élite composée de sangsue, anti-peuple, sans cœur. Une élite qui avait réduit le peuple en domestiques, hommes et femmes à tout faire, taillable et corvéable ; une campagne relayée en boucle par des profiteurs convertis au gré des intérêts et de la conjoncture avait alors été lancée.

Les éternels opposants, sans résultats, sans profil ni programme, encore moins de solution de rechange n’avaient pas compris et ne comprennent toujours pas aujourd’hui l’essence du bien-être et les mécanismes de la démocratie.

Ce pays souffre d’une absence d’idées novatrices avec la débâcle de l’Université ; l’intelligence a fui depuis longtemps nos décisions pour faire place à l’amateurisme et à l’improvisation.
Nous avions une fois de plus raté l’occasion de mater cette racaille regroupée en élite et supportée, encensée par des assoiffés de pouvoir prêts à tous les compromis ; ces gens là n’ont aucune culture de la société encore moins de la compréhension de la dignité humaine.

Il a suffi de quelques dollars distribués aux pseudos politiciens, comme on jette un os à un chien pour ramollir complètement les rares fantassins.

Désormais, le pouvoir de l’argent reprend ses droits et les affamés en rang font la queue, assiette en main dans l’attente de leur ration de soupe. Le combat annoncé contre ces élites rétrogrades n’aura duré que l’instant d’un soupir. Les victimes des effets de la domination sociale, les ‘’Restavek’’ sont encore vaincues par la méchanceté.

Nous sommes arrivés au point culminant ou la déviance de la conscience atteint un seuil intolérable. Mais avec la corruption politique et surtout la tolérance à l’égard de comportements antisociaux, nous avions franchi la limite du non retour.

C’est pourquoi aujourd’hui, l’incendie d’un marché, vandaliser des biens d’autrui, salir l’image d’une personne, voler, comploter, calomnier, humilier, tuer sont acceptés et pire enseignés dans le système d’apprentissage citoyen par des élites méchantes, délinquantes et déviantes…

Raphaël Théoma Daniel

Tous les jours sur Galaxie

7h-10h AM

1h-22h PM

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s